dimanche 23 février 2014

Sur ma dune


Grand ciel bleu ce dimanche matin au réveil! J'ai donc filé à la plage le plus vite possible pour profiter du soleil et de la douceur. La mer s'était calmée et de belles vagues déferlaient sur une eau limpide. J'ai choisi un autre chemin pour arriver sur ma dune, un chemin plus large où il n'est pas besoin de se baisser pour passer sous les branches.
Bien sûr je dis ma dune parce qu'elle n'appartient qu'à moi, c'est celle de mon enfance, celle de mes heures passées à l'explorer, à parcourir chaque recoin et chaque bout de sentier, celle de mes moments de solitude choisie, de mes contemplations de la mer, toujours la même mais toujours changeante. Elle n'est pas immense c'est vrai mais elle est remplie de souvenirs, de parfums d’œillets et de serpolet, d'embruns et de vent dans les cheveux, de soleil et de tempêtes, de rêveries et de moments de rien.


 Le mimosa et les ajoncs sont fleuris partout, éclaboussant les forêts et jardins de leurs tâches jaunes.







Une belle heure passée à musarder, le nez au soleil... juste de quoi redonner un peu de couleurs à mon visage si pâle cet hiver, juste de quoi se dire que le printemps n'est pas loin, que le soleil revient, qu'on va pouvoir remettre le nez dehors, reprendre les vélos et les gants de jardin, juste de quoi profiter et ne penser à rien.
Une heure à regarder la mer, les montagnes, si peu enneigées cette année, les vagues qui viennent rouler sur le sable et Eder qui galope d'un bout à l'autre de la dune, sortant par moments de mon champ de vision, s'éloignant plusieurs minutes avant de revenir vérifier que je suis toujours bien là.
Ahhhh... pourquoi n'y en a-t-il pas tous les jours des dimanche comme ça?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire