vendredi 8 août 2014

En passant par la forêt


La ballade du moulin passe dans la forêt. Je n'y croise personne la plupart du temps, mais aujourd'hui j'ai vu un joli chevreuil traverser nonchalamment le chemin. La forêt est pleine de bruissements : le vent dans les feuilles, le bois qui craque, quelques pic-verts qui toquent sur les troncs, le murmure du ruisseau... J'aime tout particulièrement cette ballade pour ces ambiances si particulières qui me donnent l'impression d'être seule au monde, entourée par la nature et ses bruits.

La lumière du matin y est si opaque que l'on voit des petites lucioles voleter entre les arbres : fils de soie d'une toile d'araignée envolée, graines de pissenlits... cette forêt semble peuplée d'êtres étranges, à la fois invisibles et merveilleux, n'apparaissant qu'à la faveur du silence et d'un rayon de lumière oblique.

2 commentaires:

  1. Ou comment me faire déprimer à Paris.
    J'adore Paris, vraiment, mais là, en voyant ces photos, j'ai juste envie d'enfiler des sandales, de mettre un short, d'emporter avec moi un petit pannier avec des sandwichs au saucisson (très important le saucisson) et de passer la journée avec ma famille dans des endroits aussi chouettes que ceux-là. Merci pour le partage !

    http://www.linehogsark.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Line pour ton commentaire! Effectivement le sandwich est indispensable pour pouvoir trainer à loisir sans avoir d'horaires ou d'obligations... c'est ça la liberté, pas de montre au poignet. Quand au saucisson... moi j'ai un faible pour le sandwich sardine!

      Supprimer