lundi 18 mai 2015

Fête du mouton


Ce dimanche nous sommes allés dans les monts d'Arrée pour visiter une ferme qui élève des moutons. Ce week-end c'était justement le moment de la tonte et quelques producteurs ou travailleurs de laine locaux étaient également présents.

La tonte de moutons ça donne ça (avant/après):
 

J'imaginais la tonte comme quelque chose d'un peu brutal et en fait non, les assistants à la tonte "assoient" les moutons pour préparer le travail des tondeurs et les moutons, une fois assis ne bougent pas, ils se laissent manipuler docilement, ce qui m'a vraiment étonnée. Le fait qu'ils aient les 4 fers en l'air est sûrement pour beaucoup dans leur immobilité, mais je m'attendais à ce que les animaux soient plus nerveux. Je n'en ai vu que deux se carapater au moment de passer dans le box de tonte (c'était d'ailleurs assez drôle de voir 3 personnes leur courir après)  et un seul gigoter pendant la tonte.




Parmi les exposants, une éleveuse d'alpagas bretonne qui était venue avec deux jeunes alpagas qui sont restés tout le temps lovés l'un contre l'autre et qui poussaient de petits gémissements attendrissants. L'un est un Suri et l'autre un Huacaya. Cette dame m'a expliqué que la laine de Suri est plus rare car les Suri ne sont tondus que tous les deux ans (pour que les fibres de laine soient plus longues) alors que les Huacayas le sont tous les ans. La laine Suri est également plus difficile à filer car elle est plus lisse et plus glissante que le Huacaya qui est frisé.


Elle faisait une démonstration de filage et vendait quelques pelotes d'alpaga qu'elle teint à la main. J'ai donc fait quelques achats... Les couleurs étaient vraiment douces et j'ai eu du mal à choisir.
Sur la deuxième photo on voit en haut la laine de Suri, très lisse et lustrée et en bas la laine de Huacaya,  plus dense et bouclée.


Il y avait également des tisseurs. Je n'avais jamais vu tisser et je me suis intéressée de près à la dame qui était en train de faire une démonstration, si bien qu'elle m'a proposé de m'asseoir au métier. J'étais ravie d'essayer même si je pensais que j'allais faire un tas de bêtises... En fait je pense que lorsqu'on tricote on comprend assez vite le principe. 

Le métier a 4 pédales qu'on actionne alternativement selon des associations de numéro :
- Point de toile : 1-3 puis 2-4 et on répète toujours les mêmes.
- Sergé : 1-2 puis 2-3 puis 3-4 puis 4-1 et on reprend sur 1-2...
- Chevrons : sergé dans un sens (par numéro croissant de pédales) puis au bout de quelques rangs dans le sens contraire pour réaliser la symétrie sur le même nombre de rangs (par numéro décroissant cette fois).

Ensuite il suffit de passer la navette avec son fil entre les deux plans de fils de chaine (les pédales enfoncées soulèvent les fils) et de faire des allers/retours tout en changeant la position des pieds sur les pédales et en serrant bien le fil fraichement passé avec la barre transversale à chaque fois. Mes explications sont assez sommaires et peut être pas très claires et surtout je n'ai pas le vocabulaire adéquat...
En tout cas j'ai adoré tisser! J'ai trouvé ça extrêmement prenant et relaxant et on voit le travail avancer très vite, c'est vraiment gratifiant puisque le motif se forme à chaque passage de la navette. Et comble du bonheur, si on s'est trompé de pédales il suffit de repasser la navette en sens inverse pour détisser!
Même si ça avance vite et que ça paraît assez simple (du moins pour les points de base), le plus long et fastidieux est l'installation des fils de chaine sur le métier, certainement moins amusant comme étape.

Je laisse beaucoup de photos mais ça permet de voir les différentes étapes que je viens de décrire, c'est peut être plus parlant.


Voici ma petite participation : les deux dernières bandes de motifs, c'est-à-dire les deux rangs de point de toile et les chevrons au-dessus... Je suis très heureuse d'avoir pu m'essayer au tissage!

2 commentaires:

  1. Bonsoir
    ça devait être une belle journée...Est-ce que tu as l'intention de continuer le tissage ? c'est un peu mon rêve d'apprendre le filage, le tissage. Bonne continuation (tes podcasts sont très chouettes !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je vais continuer le tissage mais en tout cas j'aimerais bien réessayer. Demain je dois me rendre aux portes ouvertes de Mouton Village et je crois qu'il y aura entre autres démonstrations du tissage, peut être une nouvelle occasion d'essayer!

      Supprimer