mercredi 28 octobre 2015

Réveil brumeux





Ce matin, la vallée était couverte d'un épais brouillard, un brouillard qui montait jusqu'ici, jusqu'en bas du pré, on ne voyait rien au-delà de la limite des arbres. Toute la matinée, la nappe est montée puis redescendue, modifiant le paysage et la vue, enveloppant les alentours de mystère et de silence, étouffant les bruits et la lumière. J'aime particulièrement cette ambiance épaisse et feutrée, le temps semble s'être arrêté, comme si plus rien ne pouvait arriver, comme si rien ne pouvait nous surprendre, comme si tout était plus calme, comme apaisé...

L'animation est arrivée plus tard, en fin de matinée, quand le troupeau de chèvre a pris possession du pré du dessous. Elles avaient décidé de partir en ballade et après être sorties de leur pré qui est plus bas elles sont montées jusqu'ici puis ont traversé le chemin pour monter dans le pré suivant.


Le spectacle était charmant et réjouissant mais ne les voyant plus j'ai lacé mes soliers et je suis partie sur le chemin à leur rencontre. Je les ai retrouvées au bord du pré du haut et je les ai vues descendre le talus les unes après les autres pour traverser le chemin en sens inverse. C'était vraiment drôle de les voir passer comme ça, c'était comme compter les moutons pour s'endormir... 

Ensuite je suis restée un long moment à les observer, debout dans le chemin sous mon parapluie sur lequel la pluie jouait une bien jolie musique... et, à voir les photos, on pourrait se demander qui observait qui et qui était le plus curieux!


La pierre à sel a eu beaucoup de succès auprès des demoiselles, me montrant immédiatement qui était la chef du troupeau. Puis elles ont quitté le pré pour la coupe de bois juste à côté et moi je les ai laissées et je suis rentrée, ravie de cette rencontre impromptue...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire