lundi 18 juillet 2016

Histoire de confitures


Je ne sais pas depuis quand je fais des confitures. Chez moi il n'y a jamais eu de confitures maison dans les placards, hormis celles de mamie qui en faisait rarement et dont je trouvais les parfums "bizarres" et que je n'appréciais pas : confiture de tomates vertes ou de melon.
Je pense que cela s'explique en partie par le fait que chez nous il n'y avait pas d'arbres fruitiers, enfin, il y en avait, mais ils n'ont jamais donné de fruits... il faut dire qu'en bord de mer, le jardinage dans le sable est assez limité.


J'ai commencé mes premières confitures avec des fruits que je cueillais moi-même lors de nos vacances d'été dans la maison familiale de mon ami dans la Loire : myrtilles, mûres, groseilles du jardin.
La première fournée s'est avérée immangeable, genre caramel de fruits... Mais dès la deuxième tentative, j'ai obtenu de bonnes confitures maison! 

Comme je trouve toujours les confitures trop sucrées, j'ai très vite mis moins de sucre : je pèse 700g de sucre pour 1 kg de fruits, la cuisson dure juste un peu plus longtemps. Et mes confitures sont plus acidulées, nettement meilleures à mon goût, laissant plus de place au goût des fruits.


Ensuite j'ai commencé à acheter des fruits en fin de marché, ceux qui sont vendus comme fruits à confiture car ils sont abîmés. A moi les confitures de fraises, pêches et abricots!


Désormais je vais à la cueillette tous les ans pour les fraises et, la maison familiale de la Loire n'existant plus, j'ai trouvé une cueillette où ramasser aussi groseilles, myrtilles et cassis.


Et pour varier les parfums, j'ajoute souvent des épices ou des herbes du jardin dans certaines fournées : abricot/lavande, fraise/basilic (un grand succès), abricot/romarin, nectarine/vanille, fraise/menthe, abricot/basilic... 

J'aime vraiment beaucoup préparer tous ces pots, les étiqueter puis les ranger sur les étagères à la cave.
Je crois que j'aurais adoré avoir un papi potager avec sa casquette et une mamie confitures avec son tablier... mais ça ne s'est pas vraiment passé comme ça, alors peut-être qu'en mettant tous ces fruits en pot c'est un peu de cette image d’Épinal que je fais vivre...

2 commentaires: