mercredi 27 juillet 2016

La cascade du Déroc


Départ de Nasbinals vers la cascade du Déroc. Nous empruntons les fameuses drailles (chemins de transhumance des troupeaux) et passons dans des paysages toujours aussi beaux et désertiques et toujours bordés de fleurs...


Au loin, en-dessous, le lac des Salhiens d'où s'écoulent les eaux qui alimentent la cascade du Déroc. Nous avons découvert que c'est en ces lieux qu'aurait officié la bête du Gévaudan... D'ailleurs lors d'une randonnée en fin de journée, où nous sommes rentrés "entre chiens et loups", j'ai entendu un cri ressemblant à celui d'un loup, mais j'ai tout de suite pensé à un chien, étant certaine qu'il n'y avait plus de loups par ici depuis longtemps... Erreur, j'ai appris 2 jours plus tard qu'il y avait encore des loups sur l'Aubrac. Enfin très peu de toutes façons, c'était donc probablement un chien que j'ai entendu hurler à la mort.


Et la cascade du Déroc apparaît enfin, soudain, comme un affaissement du terrain au milieu de la prairie sans fin.

Le paysage autour est superbe, avec de belles ondulations de terrain.


Encore des fleurs incroyables...



Les foins mis à sécher dessinent des volutes dans le paysage.


Descente vers la cascade...




Ici les orgues basaltiques sont de toutes les tailles et semblent pousser dans tous les sens : verticales, horizontales, sagittales, elles se croisent dans tous les axes possibles.


 Un petit oiseau chantait sur notre chemin de retour.


Et je vous présente Sigismond le taurillon, très curieux et trop mignon!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire